La construction immobilière : une affaire de richesse

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

La construction immobilière est une affaire de richesse vue le développement et le progrès dans le domaine du bâtiment.
Une simple personne avec le métier en main peut facilement se grader dans l’échelle des affaires et avoir une bonne place dans le secteur des bâtiments. Et pour avoir tout ça, il suffit de travailler honnêtement et avoir la confiance des personnes.
Après une période vous pouvez vous-même avoir un portefeuille- clients non négligeable et vous pouvez aussi créer votre propre entreprise de bâtiment.

Et pour mieux comprendre que ce né pas difficile prenons l’exemple de monsieur Wallace Johnson.

C’est un jeune homme américain qui a commencé dès son enfance de travailler dans un atelier pour déploiement des gros bois. Il a passé toutes les années de sa jeunesse à travailler et de donner les meilleurs pour son patron. Wallace Johnson a été un homme mure et fort qu’il a pu exécuter toutes les tâches difficiles dans son travail. Quand il est arrivé à l’âge de quarante ans son parton lui avouer qu’il n’a pas besoin de lui. Et tout d’un cout il est devenu un chômeur sans emploie et sans le moindre ressource de vivre.

Alors, là le jeune a sorti dans les rues sans but et sans espoir, il est allé à la maison et il a raconté à sa femme, tout ce qu’il s’était passé.

Monsieur Wallace Johnson a décidé de vendre sa maison et de commencer à travailler dans les domaines de construction. Le premier projet qu’il a fait, était la construction de deux petites maisons.

Il a mis tous ces pouvoirs d’innovation et de création dans ces deux petits projets de construction.

C’était sa première pat dans les projets de construction immobilière.

La brave homme à travailler successivement et sans repos et après cinq ans il est devenu un homme riche et très célèbre dans le domaine immobilière.

Wallace Johnson l’homme combattant, propriétaire de la chaine hôtelière « Holiday in».

Cet homme dit dans ses bons souvenirs personnels : « si je savais ou habite mon premier patron maintenant j’allais le voir et le remercier ».

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »